Actualités Droit Social le 25 Septembre 2018 Valence Gare TGV

En savoir plus sur notre formations "Actualité du Droit Social"

 

Les salariés sont dans l’obligation de verser des cotisations à la Sécurité sociale et aux caisses de régimes privés pour bénéficier de prestations dans le cadre de leur couverture sociale. Les taux de cotisations sociales salariales varient tous les ans.

La cotisation salariale : en clair, qu’est-ce-que c’est ?

Comme vous le savez, les cotisations salariales sont prélevées directement sur votre salaire brut mensuel par votre employeur. Elles sont reversées aux organismes dédiés (l’organisme principal est l’URSSAF). Le taux de cotisations sociales salariales global en 2018 va de 22 à plus de 30 % du salaire brut mensuel selon le statut du salarié : cadre ou non cadre.

Les cotisations salariales correspondent à la part de cotisations qui sont dues par le salarié. Tandis que les cotisations patronales représentant la part de cotisations due par l’employeur.

 

Les cotisations de Sécurité sociale

Voici la liste des contributions : CSG, CRDS, Contribution solidarité autonomie, Assurance maladie, Assurance vieillesse plafonnée, Assurance vieillesse plafonnée/déplafonnée, Allocations familiales, Accident du travail, Aide au logement, FNAL (pour les entreprises supérieures à 20 salariés), Cotisation chômage et fonds de garantie des salaires.

Ces cotisations sont collectées par l’URSSAF et l’assiette est définie en fonction du montant du plafond de la sécurité sociale de 2018.

 

Cotisations de retraite complémentaire

Sachez que l’Agirc et l’Arrco sont des organismes paritaires qui sont chargés de collecter certaines cotisations sociales dans le but de financer les retraites complémentaires des salariés, qu’ils bénéficient du statut cadre ou non cadre.

 

Les autres contributions

D’autres contributions existent et peuvent être prélevées sur vos salaires. Il y a la taxe d’apprentissage, la contribution apprentissage, la participation à l’effort de construction, le versement transport.

Ces contributions sont utilisées à financer l’apprentissage, les transports collectifs et la construction de logements.

La taxe sur les salaires

Ce n’est pas une cotisation mais un impôt.

Toutefois, Cette taxe est calculée à partir de votre salaire et le produit de cette taxe est affectée aux organismes de Sécurité sociale.

 

Contributions et cotisations salariales : CSG, maladie et assurance chômage voici les changements

La loi de financement de la Sécurité sociale pour 2018 prévoit depuis le 1er janvier :

·         La suppression de la cotisation salariale d’assurance maladie de 0,75 % ;

·         La hausse du taux de la contribution sociale généralisée (CSG) de 1,7 point applicable à l’ensemble des revenus d’activité et de remplacement (à l’exception des allocations de chômage et des indemnités journalières de Sécurité sociale) ainsi qu’aux revenus du capital et aux produits de certains jeux.

·         La baisse de la cotisation salariale d’assurance chômage de 2,40 % à 0,95 % (suppression totale de cette cotisation au 1er octobre 2018) ;

·         La loi de finances pour 2018 augmente dans les mêmes proportions la fraction de CSG déductible de l’assiette de l’impôt sur le revenu

 L’ensemble des modifications mentionnées s’applique aux périodes postérieures au 1er janvier 2018. En pratique, vous verrez que les paramètres des taux relatifs à la CSG et à l’assurance chômage sont modifiés et la cotisation maladie est supprimée.

Les modifications de taux portent sur des parts salariales, ces évolutions n’ont pas de conséquences sur votre rémunération brute !

 

Source : www.droit-travail-france.fr

Revenir