Prévention et Gestion des Conflits - le 03 Décembre 2018 à Valence Gare TGV

Prévention et gestion des conflits - En Savoir Plus ...

 

Gérer un collaborateur casse-pieds n’est guère une sinécure. Il vous est certainement arrivé de devoir travailler quotidiennement avec un enquiquineur ! Certains collaborateurs peuvent devenir une véritable source de stress au quotidien. Rien que de se lever en se disant qu’il allait falloir les affronter toute la journée peut vous démotiver à prendre le chemin du bureau.

Parfois, il s’agit de votre collègue qui passe son temps à parler fort sans se soucier des voisins de travail, des collaborateurs qui s’emportent régulièrement avec des fournisseurs ou avec les clients, et de celui qui passe son temps à râler. La question est de savoir comment réagir face à un compagnon de travail qui dégrade l’ambiance professionnelle. Voici quelques solutions pour pouvoir gérer ces personnes afin qu’ils arrêtent de pourrir nos journées et pour manager les énergies négatives.

Les personnes sans-gêne

Ce sont les personnes envahissantes. Ceux qui font profiter tout l’open space de leur sonnerie de portable, qui empiètent sur votre espace vital avec leurs dossiers. Ils sont même capables d’insister pour vous faire la bise en arrivant au bureau. Pour contrer ce type de collaborateur, attendez le moment propice pour lui parler sans détours mais soyez précis dans vos reproches.

Les personnes qui parlent pour ne rien dire

Ce sont les personnes qui doivent parler en réfléchissant parce qu’elles ont besoin d’entendre ce qu’elles ont à dire pour savoir ce qu’elles pensent, elles sont désignées comme les moulins à paroles. Dans ce cas, vous pourriez tout simplement lui témoigner de votre ennui avec amabilité. Expliquez-lui que vous avez du mal à vous concentrer.

Les personnes paranoïaques

Il s’agit des gens qui essayent de tout faire pour se compliquer la vie au lieu d’essayer de la simplifier. En général, ces personnes n’ont rien contre vous, mais ils peuvent être de véritables problèmes au bureau. Si vous voulez vraiment les aider, surtout, ne leur dites pas qu’elles ont une tendance paranoïaque. Vous ne ferez qu’empirer la situation. Vous pourriez juste d’abord essayer de limiter les contacts avec ces personnes et limiter les critiques trop désagréables.

Le je-sais-tout

Les personnes qui prétendent tout savoir peuvent être mises dans la case des narcissiques. Elles prétendent toujours en savoir plus que vous et essaient toujours de vous couper l’herbe sous le pied. Travailler avec ces personnes peut être très embarrassant, car elles recherchent toujours votre reconnaissance pour leur capacité intellectuelle. Pour les contrer, vous devez juste préparer vos dossiers et évoquer d’éventuels problèmes à l’aide de phrases interrogatives. Bien sûr, en tant que dirigeant, n’hésitez pas à les affronter lorsqu’elles sont seules, pour évoquer les problèmes avec elles et tenter de les faire évoluer dans leur comportement.

Les pessimistes chroniques

Ces personnes risquent aussi de gâcher l’enthousiasme des autres. Elles ne pensent qu’à l’échec et pensent que rien ne marchera. Il est donc très important d’aider la personne à considérer son image mentale comme une image possible parmi d’autres. Vous pourriez aussi leur demander régulièrement d’envisager que les choses se passent bien pour faire naître au fond de lui un peu d’optimisme.

Créer l’harmonie par le dialogue est la meilleure méthode. Il est souvent judicieux de faire appel par exemple à une équipe de théâtre que met grâce à des jeux de rôles les personnes dans des situations burlesques et peuvent leur permettre de changer leur comportement et leur rapport aux autres.

 

Source : www.dynamique-mag.com

Revenir